Nicolas Silberg

  « La  Conscience  Instinctive »

Lorsqu'il peint, Nicolas Silberg procède selon un rituel immuable: sur une surface en carton, l' artiste commence par délimiter au crayon des parcelles d'espace, qu'il remplit ensuite de gouache plus ou moins diluée, formant ainsi peu à peu des zones rythmiques, comme des vibrations colorées.

Intuitive et pourtant rigoureusement agencée, cette peinture qui ressemble à une composition musicale, semble obéir aux règles d'une forme de calcul inconscient de l'âme, évoquant cette pratique cachée de l'arithmétique, où l'esprit n'a pas conscience qu' il compte .Tout y semble parfaitement à sa place, sans qu'il soit pourtant possible de dire pourquoi, comme si le sentiment d'évidence, communiqué par l' harmonie des formes, aboutissait à une jouissance confuse, à laquelle l' esprit comme la sensation corporelle participent.

Le travail de Nicolas Silberg repose sur une dynamique d' oppositions: de la ligne et de la couleur, du contour et du champ, de la matière et de l'immatériel, et où chaque portion d'image est rythmée par des textures de touches différentes. Les aplats de couleur, les traces et les empreintes de brosse rugueuses ou lisses, se mêlent à des transparences qui laissent percevoir le graphisme initial du crayon et donnent vie au tableau .Rien n' est figé dans ses gouaches,bien au contraire, tout est une question de relations  dynamiques, de relances sensorielles; ainsi les petites touches acides, les légers débords et « imperfections » servent-ils à apporter  la dissonance sans laquelle l' harmonie manquerait de relief. Cette orchestration aux tonalités subtiles, meublée de respirations et de silences, nous transporte dans l'imaginaire du peintre qui nous livre son inconscient avec la sincérité d'un authentique talent.