Nicolas Silberg

Nicolas Silberg est engagé à la Comédie française, en tant que pensionnaire le 1er septembre 1970. Il accède au sociétariat le 1er janvier 1976 (il est le 459ème sociétaire). Il est nommé sociétaire honraire en 2003. Nicolas Silberg, après avoir étudié au conservatoire de Nantes (1964-1965), suit les cours du Conservatoire national supérieur d'art dramatique de Paris (de 1967 à 1970) : classes René Simon, Robert Manuel et Louis Seignier. Il obteint un second prix de comédie moderne, un second prix de tragédie et un premier accessit de comédie classique.

Tragédien de naure, il change d'emploi virtuosité, sous la direction des plus grands : Jean Anouilh, Eugène Ionesco, ranco Zéfireli, Jen Poiret, Roger Panchon, Jaques Lassalle, Alain Françon, Youssef Cahine, alernant héros romantiques et personnage cocasses.

Ses rôles les plus marquants à la Comédie française, sont Titus (Bérénice), Narcisse (Britannicus), Achille (Iphigénie) de Jean Racine ; Chrisalde (Le malade Imaginaire) et Philinte (Le Misanthope) de Molière ; Bassov (Les Estivants) de Gorki ; Pantalon (La serva amorosa) et le comte d'Albafiorita (La Locandiera) de Goldoni ; Ferdinand Martin (Le Prix Martin) de Labiche ; Don Carlos (Hernani), Rousseline (Mille francs de Récompense) de Victor Hugo.

Parallèlement à sa carrière théâtrale, Nicoas Silberg tourne près d'une trentaine de films pour le cinéma, notamment : En haut de Marches (1983) et Corps à coeur (1979) de Paul Vecchiali ; il incarne en 1984, l'ennemi public numéro 1, dans le film "Mesrine" d'André Génovès. Il tourne aussi avec Josiane Balasko, Henri Verneuil, Jacques Rosier, Claude Pinoteau, Youssef Chahine, James Ivory, J-P Limousin...Il interprète pour la télévision, près d'une soxantaine de films, dont les plus marquants feront de lui, sous la direction de Yannick Andréi, l'un des interprètes majeurs des séries de cape et d'épée des années 70-80 : Raoul de Blossac (La Juive du Château Trompette), d'Artagnan (d'Artagnan amoureux) et Bussy d'Amboise dans la mémorable Dame de Montsoreau d'après Alexandre Dumas. 

Depuis toujours attiré par la peinture, il s'adonne à l'aquarelle, point de départ de sa technique actuelle. Puis, son parcours de comédien, entre scènes de théâtre et plateaux de cinéma, ne lui laissant que très peu de temps, il devient collectionneur. C'est de cet amour-passion pour la peinture que, libéré de toutes contraintes professionnelles, naîtra le peintre.

Son travail récent fera l'objet de l'exposition "Close-Up", que le Musée Bernard Boesch présentera à La Baule  du 4 juillet au 4 septembre 2015.

Nicolas Silberg es chevalier dans l'Ordre National du mérite et chevalier des Arts et Lettres.