Accueil des gens du voyage

Cette année, la commune de La Baule s’apprête à accueillir sur son territoire le passage des gens du voyage.

En effet, les élus ont choisi que l’accueil soit assuré de manière tournante sur le territoire de CAP Atlantique, afin d’éviter que la même commune ait à assumer chaque année cet accueil.

Cette action s’appuie donc sur un principe de solidarité territoriale. Pour mémoire en 2014 Saint-Molf a accueilli les grands passages, suivie en 2015 par Guérande.

L’Etat exige dans le schéma départemental d’accueil des gens du voyage 2011-2016 de Loire-Atlantique, que des réponses locales soient apportées à ce besoin, dans ce cadre, CAP Atlantique exerce depuis le 1er janvier 2014 une compétence en matière d’accueil des grands passages de gens du voyage.

Quelle répartition entre CAP Atlantique et la commune ?

L’exercice de cette compétence est réalisé de manière partagée et coordonnée par CAP Atlantique et la commune d’accueil, cette année, La Baule. Une convention en fixe les modalités.

La commune doit choisir le terrain et réaliser tous les aménagements et équipements nécessaires à l’aire, ainsi que leur enlèvement en fin de saison.

Les équipements ou aménagements relevant des compétences de CAP Atlantique, eau et déchets en particulier, sont réalisés directement par l’intercommunalité.

L’ensemble des coûts est supporté par CAP Atlantique, soit par le biais d’une prise en charge directe soit en fin de saison par un remboursement des différentes dépenses avancées et assumées par la commune.

En quoi consiste cet accueil ?

L’aménagement du terrain

L’accueil doit se faire dans le respect des préconisations de la Préfecture pour la période estivale (mi-mai à mi-septembre environ). Il est demandé la mise à disposition d’un terrain de 4 hectares permettant le passage des véhicules et caravanes, avec une entrée et une sortie. Il doit être raccordé au réseau d’eau, et permettre la fourniture d’électricité. Il doit également être doté d’une cuve pour la récupération des eaux noires et d’une benne pour les déchets. Un poteau incendie doit se situer à proximité.

Pour la saison 2016, la Ville de La Baule a identifié un terrain correspondant au besoin et les aménagements sont en cours de définition en lien avec CAP Atlantique. Ce terrain se situe route de l’Immaculée à Escoublac.

Qui sont les occupants du terrain ?

Le terrain est mis à disposition de grands groupes de gens du voyage pour une durée d’une à deux semaines au cours de la saison.

Les groupes souhaitant y séjourner doivent adresser en fin d’année précédente une demande à la Préfecture de Loire-Atlantique qui les répartit en fonction de l’offre de terrains disponibles. La programmation est définie au printemps.

Concernant la saison 2016, six groupes ont été programmés sur le terrain, cinq groupes pour une semaine, un groupe pour deux semaines soit sept semaines d’occupation prévues. L’arrivée du premier groupe est prévue le 29 mai, le départ du dernier le 14 août.

Chaque groupe est coordonné par un responsable, un « pasteur », qui est le réfèrent pour toute action avant, pendant et après le passage du groupe.

Concrètement, comment sont accueillis les groupes ?

L’occupation du terrain se fait dans des conditions financières fixées par une délibération de CAP Atlantique (prévue fin avril 2016). La délibération fixe le tarif d’occupation par famille et le montant de la caution.

Au moment de l’arrivée, ou quelques jours avant, le responsable du groupe signe une convention d’occupation temporaire, à laquelle est annexé le règlement intérieur, et verse la caution. Au cours de la semaine, il s’acquitte du montant correspondant au montant de l’occupation de la totalité du groupe pour la semaine.

Afin de garantir un accueil dans de bonnes conditions et de simplifier le travail de la commune d’accueil, CAP Atlantique mandate chaque année un gestionnaire privé spécialisé dans l’accueil des gens du voyage. Il est en charge de l’accueil, du départ, de la perception des droits d’occupation et de la caution, ainsi que la gestion et le nettoyage de l’aire de grand passage.